Les travaux et la rénovation d'un logement
Comment estimer l'ampleur des travaux à réaliser ?

Pour éviter de mauvaises surprises, il est important d’avoir une estimation la plus précise possible des travaux que vous allez engager. Vous pouvez bien sûr estimer par vous-même, si vous êtes un habitué des travaux de rénovation. Sinon, il existe sur internet des logiciels de chiffrage de travaux qui vous fourniront une estimation fiable. Enfin, l’estimation par des professionnels reste une très bonne solution. Avant de faire votre choix, consultez les avis sur internet ou de vos proches, vérifiez que l’entrepreneur possède l’assurance de la garantie décennale et enfin demandez plusieurs devis pour comparer le montant des travaux. Imop est là pour vous conseiller et vous mettre en contact avec des entrepreneurs dont ils ont pu mesurer la compétence sur d’autres chantiers.

Faut-il faire des travaux pour vendre son bien plus cher ?

C’est une question que le vendeur doit en effet se poser. Tout dépend de la quantité et du type de travaux à réaliser. Il n’est pas certain que ces frais de travaux puissent être répercutés sur le prix final du bien, d’autant plus si l’acquéreur souhaite rénover le bien à son goût. A minima il faudra faire en sorte de montrer que le logement est bien entretenu, lumineux, spacieux et dépersonnalisé afin que le futur acquéreur puisse s’y projeter plus facilement. Votre agent immobilier peut vous aider à choisir la bonne approche.

Comment rénover pour économiser?

Rénover une maison la rend plus agréable à vivre et plus économe en diminuant la facture de chauffage en hiver et en profitant d'une maison mieux tempérée l'été. Investir dans des travaux de rénovation améliorera votre bien-être et vous fera faire des économies d’énergie donc d’argent. Notez que selon la nature des travaux, vous devrez déposer un permis de construire ou déclaration préalable. Les travaux devant être coordonnés, il faut donc assurer un suivi : soit par vous-même, un maître d’œuvre ou un architecte. 

Pour rénover « utile », il vous faudra dresser l’état des lieux des travaux à réaliser, tout ce qui se dégrade, n’est plus aux normes, manque : Isolation, charpente, électricité, plomberie… Il existe des bureaux d’études et des diagnostiqueurs spécialisés pour vous aider. vous devrez également vérifier en fonction du bâti, du terrain et du PLU, ce que vous pouvez faire., choisir des matériaux de qualité qui dureront dans le temps et établir un budget.

 

Quels sont les postes a privilégier pour réduire sa facture énérgetique ?

Il existe 3 principaux postes de rénovation qui permettent de réduire sa facture énergétique : l'isolation des combles, l'isolation des murs par l'extérieur et l'isolation des fenêtres

Existe-t-il des aides à la rénovation ?

 Il existe de nombreuses aides à la rénovation énergétique :

- crédit d’impôt à 30% pour la transition énergétique (sans conditions de ressources, et si vous n’êtes pas imposable, vous percevez tout de même un chèque de la part des pouvoirs public) : Il s'applique au montant total des travaux avec un plafond et concernent seulement lé résidence principale, achevée depuis plus de 2 ans, pour un isolant fourni et posé par une entreprise labellisée RGE, et avec une résistance thermique qui devra être ≥ 7 m2.K/W pour les planchers de combles perdus, rampants de toiture et plafonds de combles et ≥ 6 m2.K/W  pour les rampants de toiture et des combles aménagés,  

- isolation à 1€

prime Rénov’ : Pour les ménages aux ressources modestes, éligibles aux aides de l'Anah (

prime énergie : l'Etat oblige les fournisseurs d'énergie à financer des travaux d'économie d'énergie chez leurs clients. En échange de votre facture de travaux, le fournisseur d'énergie vous envoie un chèque pour rembourser une partie du montant des travaux, sous conditions  logement achevé depuis plus de 2 ans, résistance thermique de l’isolant  ≥ 7 m².K/W pour l’isolation de combles perdus et ≥ 6 m².K/W pour l’isolation de rampants de toiture, travaux  réalisés par un professionnel RGE

- Eco-Prêt à Taux Zéro : prêt de 10.000 euros pour vos travaux d'isolation de la toiture, auprès d'une banque qui propose l'éco-prêt à taux zéro. Les travaux doivent être réalisés par un professionnel labellisé RGE.

Aides de l’Agence Nationale de l'Habitat (ANAH) : Aide « Habiter mieux Sérénité » pour les ménages aux revenus modestes.

- Aides locales : Certaines régions, certains départements favorisent les travaux d'économie d’énergie. 

Prime "Coup de Pouce Isolation" :  permet un gain financier compris entre 10 et 20 euros pour 1 m2 d'isolant, selon vos conditions de ressources. 

TVA à 5,5% : Si vous faites appel à une entreprise pour la fourniture et la pose de votre isolant dans les combles

L’isolation des combles

L’isolation des combles est un choix de rénovation énergétique à prioriser.  Une toiture non isolée représente jusqu’à 30 % des déperditions thermiques de l’habitat. L’Isolation des combles est donc l’une des priorités, sans oublier les combles perdus, accessibles ou non. La pose d’isolant dans les combles est très simple. Selon le toit, vous aurez le choix entre : panneaux, rouleaux, vrac, etc. La performance d’un isolant dépend de sa conductivité, de son épaisseur et de sa résistance thermique. La résistante thermique doit être supérieure à 4,0 m2.K/W en combles aménagés et 4,5 m2.K/W en combles perdus. Plus la résistance thermique R est grande, plus le matériau est isolant). L’isolation des combles permet de faire le plus d’économies d’énergie pour un faible coût. Comptez entre 18 € et 53 €/m² pour des combles perdus et entre 35 € et 267 €/m² pour des combles aménagés selon si l'isolation est intérieure ou extérieure.

 

L’isolation thermique par l’extérieur

L’isolation thermique par l’extérieur (ITE) permet de réduire sa facture d’énergie d’environ 25 %. Isoler par l’extérieur est plus performant que par l’intérieur, car il élimine les ponts thermiques et préserve l’inertie des murs, sans diminuer la surface habitable.   Il s’agit d’un véritable investissement sur le long terme : bien-être des habitants, température homogène, isolation phonique améliorée… C’est également une plus-value importante en cas de revente du bien immobilier car elle peut entrainer des économies de 25% en fonction du type de chauffage, de son ancienneté et de son énergie. Selon les murs, la région et l’esthétique recherché, vous pourrez choisir entre :

  • Les isolants minéraux : laine de verre et laine de roche,
  • Les isolants synthétiques en plastique alvéolaire : polystyrène extrudé, polyuréthane, polyisocyanurate,
  • Les isolants dits « naturels » en fibre animale ou végétale : fibre de bois, liège, chanvre, laine de mouton, plumes de canards. 

Selon votre région et son climat, vous devrez vérifier l’indice « M », sur la résistance au feu de l’isolant, et l’indice « μ » de résistance à l’humidité. Le revêtement pourra être un bardage bois, PVC ou fibrociment voire de pierres de parement ou même d'un nouvel enduit minéral. Renseignez-vous sur ce qu’autorise le PLU. Le coût moyen est estimé entre 50 euros et 80 euros HT par mètre carré et dépend de la performance de l'isolant, indiquée par le coefficient de résistance thermique (R), de l'épaisseur choisie et de la surface totale à isoler.  Faites établir plusieurs devis à des artisans en veillant à ce que la qualité des matériaux soit identique pour une juste comparaison.

La rénovation des fenêtres

Les pertes d’énergies par les parois vitrées représentent de 5 à 30 % de la facture de chauffage. Il faut donc opter pour des fenêtres à double vitrage. On peut aussi agrandir les fenêtres existantes, au sud et à l’ouest, pour profiter de la chaleur et de la lumière naturelles. Quels sont les intérêts à changer de fenêtres en plus des économies d’énergie ?

  • Se protéger des nuisances sonores avec des vitrages phoniques performants.
  • Améliorer la sécurité en choisissant des ouvertures munies d'un système de verrouillage et de vitres qui agissent comme des retardateurs d'effraction.
  • Gagner en luminosité : en agrandissant les surfaces vitrées ou choisir des menuiseries alu beaucoup plus fines que celles en PVC
  • Limiter l'entretien de la menuiserie : en remplaçant le bois par l'aluminium ou le PVC.
  • Augmenter la valeur de votre bien

 Il existe 2 solutions pour changer de fenêtres : la dépose totale ou partielle : Déposer une fenêtre consiste à démonter la menuiserie, avec ou sans son châssis. On la remplace par une nouvelle plus isolante thermiquement et acoustiquement. 

Qu’est-ce que la dépose totale ? On enlève intégralement l’ancienne menuiserie : pièces d’appui, ouvrant et dormant. On pose ensuite une nouvelle fenêtre directement sur la maçonnerie. Cette opération est recommandée lorsque la fenêtre est dégradée et n’est donc plus étanche thermiquement et phoniquement. 

Qu’est-ce que la dépose partielle ? On change seulement la partie ouvrante de la fenêtre en conservant le bâti et en refaisant l’étanchéité. Le coût de remplacement est inférieur d’environ 15 % à une dépose totale. 

Le prix du remplacement de vos fenêtres sera fonction des matériaux choisis, de la nature du vitrage ainsi que le coût de la pose.  Les fenêtres étant des éléments extérieurs, les modifier, revient à modifier l'apparence extérieure de votre maison. Vous devrez donc faire des démarches administratives (sauf si vous remplacer par un modèle identique) et respecter les contraintes du PLU ;